Refus d’accès à un lieu recevant du public

    • Sam
      Invité
      # il y a 2 mois

      Bonjour témoignage suite visite à la gendarmerie pour avoir des éclaircissements, en vain.
      Merci pour vos conseils.
      Le gendarme n’a pas voulu me laisser entrer sans muselière, malgré mon certificat médical et le fait que j’avais déjà été admise ici-même à visage découvert quelques temps auparavant.
      L’invention du jour : Toute personne présentant un certificat médical pour contre-indication doit aussi présenter un test de moins de 72 heures.
      Évidemment, il n’a pas su me dire quel texte de loi mentionnait ce nouveau détail.
      (Je me suis demandé si ce n’était pas le même Goldorak que j’avais rencontré place du marché ce fameux samedi à Céret.. mais n’ai pas su lire son matricule.)
      Nous avons donc commencé à nous parler à travers la porte vitrée puis il a fini par me laisser entrer, m’a demandé d’abord d’attendre qu’il se mette en protection derrière son plexiglas (sic) avant que je puisse passer la porte.
      Il passe un test PQR volontaire chaque semaine pour protéger sa famille. Et m’a appris qu’ils n’avaient droit au vaxx depuis 3 jours. ( no comment 😬)
      En gros, il n’avait aucune réponse à mes questions, se cachait derrière les ordres reçus et son devoir de réserve.
      – Peut-on interdire l’entrée dans une association ou un magasin ou tout lieu recevant du public à une personne présentant un certificat médical contre-indication au port du truc?
      – Comment est-il possible d’imposer le port d’un dispositif médical à une personne présentant un certificat médical contre-indication au port du truc?
      – Qu’en est-il de la hiérarchie des normes? Quelle valeur a un décret face à ces textes de loi avec lesquels le dit-décret est supposé être conforme?
      Qu’en est-il des textes de loi suivants:
      – interdiction de discrimination pour raison de santé
      – interdiction d’exercice illégal de la médecine
      Pour finir, à force de botter en touche, et parce qu’une personne attendait dehors pour déposer plainte et qu’il ne pouvait la faire rentrer en ma présence puisque j’étais “potentiellement dangereuse”.) il m’a dit d’écrire au Préfet et au Pdt.

      Questions :
      Quelles solutions concrètes peut-on mettre en œuvre quand un argumentaire oral n’est pas suffisant ?
      À part écrire au préfet ou au Pdt, ce dont je n’ai pas l’intention, et éviter ces lieux, ce qui ne m’arrange pas.
      Merci pour vos conseils

    • egao
      Participant
      # il y a 2 mois

      Bonjour Sam,

      Expérience similaire mais en tant qu’accompagnateur sur une rencontre sportive scolaire. Je suis d’abord rentré dans l’école sans masque, personne ne m’a rien dit et j’ai moi même pris les devants auprès de l’institutrice de ma nièce : “Ne vous inquiétez pas j’ai une contrindication médicale au non port du masque” Elle m’a juste répondu qu’elle ça ne la dérangeait pas mais que ça risquait de ne pas passer avec le directeur de l’école.

      Peu de temps après effectivement il me demande de le mettre, car “ce n’est pas possible que je reste sinon” (lui le porte sous le nez).

      Echange cordial et comme je ne veux pas partir au conflit en présence de ma nièce je le mets sous le nez puis sous le menton, puis je l’enlève plus tard. (Je lui fais quand même remarquer que le masque c’est sur le nez, et qu’il ne respecte pas ce qu’il me demande de faire). Deuxième échange moins sympathique. Je me dis que je peux faire l’effort pour la relation familiale. Mais l’impression d’être en prison et de porter une muselière est forte, je l’enlève à nouveau.

      Troisième échange énervé, la gendarmerie passe par là, je vais les chercher espérant trouver un appui. La contrindication fait sourire (je le vois dans leurs yeux) et là rien à faire… moi je suis très très agacé. Ils me disent tous les trois que soit je mets le masque soit je quitte l’établissement. J’amène le directeur avec moi pour lui montrer deux animateurs qui ne portent pas de masques du tout! “Vous allez leur demander de sortir aussi?” Ça par en cacahuète il ne veut rien entendre du ridicule et me sort un argumentaire qui vise juste à protéger la réputation de son école. “Vous êtes dangereux pour les enfants”

      Je lui dis que nous n’avons pas la même vision des choses mais coupe court. Je prends ma nièce à part pour lui expliquer. Elle a les larmes au yeux, mais je préfère partir…

      Je me suis vraiment demandé qu’est ce que j’aurais pu leur opposer comme argumentation… J’ai choisi de ne pas augmenter le conflit dans ce contexte là.

    • Sam
      Invité
      # il y a 1 mois et 4 semaines

      Pas simple d’éviter le conflit avec des Êtres qui ont peur ou sont soumis.
      Pas simple d’éviter de rentrer dans des jeux de pouvoir (car présenter les divers textes de lois justifiant de l’illégalité du port du truc revient à vouloir prouver que nous avons raison.)..

    • Sam
      Invité
      # il y a 1 mois et 4 semaines

      + la réponse d’un ami quand on lui dit qu’il est dangereux sans muselière :
      Mais c’est moi qui suis vulnérable puisque j’ai une contre-indication médicale.
      Vous vous êtes protégé puisque vous partez le vôtre.

Vous lisez 3 fils de discussion

Répondre